mercredi, 19 juin 2024
AccueilA la uneVie chère au Cameroun :  Après avoir atteint 7,4% en 2023, le taux...

Vie chère au Cameroun :  Après avoir atteint 7,4% en 2023, le taux d’inflation devrait redescendre à 7% en 2024 (INS)

Le récent rapport de l’Institut national de la statistique (INS) sur l’évolution de l’inflation au Cameroun en 2023 et les perspectives pour 2024 renseigne qu’une diminution de l’inflation devrait être envisageable cette année, en raison de la normalisation des chaînes d'approvisionnement à l’échelle mondiale, la baisse des prix de l'énergie et des denrées alimentaires, et l'adoption de mesures de resserrement de la politique monétaire par la plupart des banques centrales.

(EcoFinances)- Le taux d’inflation au Cameroun, qui était de 7,4% en 2023, devrait décélérer cette année pour se stabiliser autour de 7%, en raison de la normalisation des chaînes d’approvisionnement à l’échelle mondiale, la baisse des prix de l’énergie et des denrées alimentaires, et l’adoption de mesures de resserrement de la politique monétaire par la plupart des banques centrales, selon le rapport de l’INS (Institut national de la statistique) sur l’évolution de l’inflation l’an dernier et les perspectives pour 2024 , publié le 13 février dernier. Un léger recul de l’inflation qui aurait été beaucoup plus important n’eût été la récente révision à la hausse des prix du carburant (le 03 février 2024) qui n’a pas manqué d’impacter (directement ou indirectement) les autres prix, notamment ceux du transport, des produits vivriers et des produits manufacturiers.

« Les tensions inflationnistes, qui ont pris racine en 2021 à cause du Covid-19, puis ont commencé à monter en puissance au cours de l’année 2022 avec le conflit russo-ukrainien, ont continué de s’intensifier en 2023, conduisant le pays à un taux d’inflation de +7,4%. Dans un contexte mondial caractérisé par la normalisation des chaînes d’approvisionnement, la baisse des prix de l’énergie et des denrées alimentaires, l’adoption de mesures de resserrement de la politique monétaire par la plupart des banques centrales, une diminution de l’inflation devrait être envisageable pour 2024 », indique l’INS.

Qui ajoute : « Cependant, il est prévisible qu’à la suite de la révision à la hausse des prix du carburant le 03 février 2024 et la répercussion directe ou indirecte sur les autres prix, notamment ceux du transport, des produits vivriers et des produits manufacturiers, le taux d’inflation se situe aux alentours de 7,0% en fin 2024 ».

Vigueur de l’inflation à partir de février 2023

Des perspectives rassurantes pour 2024 qui tranchent avec la réalité des prix des produits de grande consommation en 2023. A en croire l’INS, le taux d’inflation au Cameroun a atteint 7,4% l’an dernier, marquant ainsi une augmentation par rapport à 2022 (+6,3%). Un niveau qui demeure élevé en comparaison avec l’histoire économique récente, caractérisée par un taux d’inflation annuel moyen de 2,4% de 1996 à 2021. « Au cours de cette période, les taux les plus élevés ont été enregistrés en 1997, 2001, 2006 et 2008 avec respectivement 4,8 %, 4,4 %, 5,0 % et 5,3 %. L’année 2023 a été marquée par la vigueur de l’inflation à partir de février. La hausse des prix sur un an s’est d’abord située autour de 8,2 %, avec un pic à 8,5 % en mars. Elle a décéléré progressivement pour revenir à 6,8% en octobre et terminer l’année à 5,9% », fait-il savoir.

Dans les régions du pays, les taux d’inflation les moins élevés ont été enregistrés dans les villes de Bamenda (6,0%), Buéa (6,8%), Bafoussam (7,0%) et Garoua (7,1%). Tandis que les villes de Ngaoundéré (8,4%), Bertoua (8,0%), Douala (7,7%) et Maroua (7,6%) ont connu les hausses de prix les plus prononcées

Produits alimentaires, biens et services à l’origine de l’inflation en 2023

Le récent rapport de l’INS renseigne aussi que les produits alimentaires suivis des biens et services de transport ont constitué le premier moteur de l’inflation l’année dernière. « Ensemble, ces deux postes, représentant environ 44% des dépenses de consommation finale des ménages, ont été les principaux contributeurs à la hausse des prix », précise-t-il, ajoutant que les produits alimentaires ont enregistré une progression de 11,1%.  Tout comme, parallèlement, les coûts associés à la composante « transport » ont exercé une pression à la hausse sur l’inflation, affichant une augmentation de 15%.

Alors que la hausse des prix des produits alimentaires peut être attribuée en grande partie au renchérissement des légumes, des pains et céréales, des fruits, ainsi que des poissons et fruits de mer ; celle relative au transport, et qui s’est installée durablement dès février 2023, est directement liée à l’augmentation du prix du carburant à la pompe, observée à compter du 1er février 2023, apprend-on.

Pour rappel, l’inflation est une augmentation générale et durable des prix des biens et services dans une économie. Cela signifie que, en moyenne, les prix augmentent sur une période prolongée, ce qui réduit le pouvoir d’achat de la monnaie. L’inflation peut être causée par divers facteurs tels que la demande excédentaire, les coûts de production plus élevés, la dévaluation de la monnaie, ou la croissance excessive de la masse monétaire.

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Advertisment -

Most Popular

Recent Comments

error: Contenu protégé !!! Content protected !!!