mardi, 16 juillet 2024
AccueilA la unePerformances économiques : Le taux de croissance devrait atteindre 3,9% au Cameroun en...

Performances économiques : Le taux de croissance devrait atteindre 3,9% au Cameroun en 2024, contre 3,6% en 2023 (FMI)

Selon un communiqué rendu public le 03 juin dernier, le Fonds monétaire international vient de conclure un accord au niveau de ses services avec l’Etat du Cameroun. L’accord dont il est question ici ouvre la voie au déblocage imminent d’un financement de 72 milliards de FCFA au profit des réformes déployées depuis quelques années dans le pays aux fins d’améliorer ses performances économiques.

(EcoFinances) – Le taux de croissance de l’économie camerounaise devrait atteindre 3,9% cette année contre 3,6% en 2023, selon le Fonds monétaire international (FMI) dont une équipe, dirigée par Cemile Sancak, cheffe de mission du Fonds pour le Cameroun, s’est rendue à Yaoundé du 25 avril au 08 mai et a tenu des réunions virtuelles du 09 au 31 mai 2024 pour examiner les avancées sur le plan des réformes et priorités des autorités en matière de politiques économiques, dans le cadre des sixièmes revues du programme de quatre ans obtenu par les accords au titre de la Facilité élargie de crédit (FEC) et du Mécanisme élargi de crédit (MEDC), et la première revue de la Facilité pour la résilience et la durabilité (FRD).

En effet, le FMI a publié ce 03 juin 2024 un communiqué annonçant la conclusion d’un accord au niveau des services avec l’Etat du Cameroun pour la première revue de l’accord au titre de la facilité pour la résilience et la durabilité et les sixièmes revues du programme appuyé par la facilité élargie de crédit et le mécanisme élargi de crédit. L’accord, dont l’approbation par le conseil d’administration du FMI est attendu ce mois de juin 2024, permettra au Cameroun d’encaisser la somme de 72 milliards de FCFA (118,6 millions de dollars US). Soit respectivement 73 millions de dollars US (44 milliards de FCFA) pour le programme appuyé par la FEC et le MEDC, et 45,6 millions de dollars US (27,5 milliards de FCFA) au titre de la FRD.

Un taux de croissance de 3,9% en 2024

« Le redressement économique du Cameroun s’est poursuivi en 2023 avec une croissance globale estimée à 3,3 %, qui devrait passer à 3,9 % en 2024. L’inflation a ralenti à 5,9 % fin 2023, et devrait encore reculer à 5,5 % d’ici fin 2024 », indique le Fonds.

Cependant, le FMI estime qu’en dépit du fait que l’évolution des finances publiques a été globalement conforme aux objectifs du programme (le déficit primaire hors pétrole s’est amélioré à 2,6% du PIB en 2023 contre 3,9% en 2022), il n’en demeure pas moins vrai que la gestion des finances publiques continue de présenter quelques faiblesses avec un niveau des dépenses extrabudgétaires substantiel en 2023.

Cemile Sancak, cheffe de mission du Fonds pour le Cameroun.

« Cela s’est traduit par des dépassements sur les dépenses courantes, et par l’inobservation, de peu, de l’objectif de déficit primaire hors pétrole fixé dans le cadre du programme. Le dépassement sur les dépenses courantes a également limité les ressources destinées à des investissements prioritaires en faveur de la croissance », relève le FMI.

Qui ajoute: « Il convient donc de redoubler d’efforts pour améliorer l’intégrité et l’exécution du budget. Les autorités présenteront un budget rectificatif pour 2024 afin entre autres de limiter certaines dépenses exécutées au moyen d’avances de trésorerie et adopteront un plan d’apurement des arriérés intérieurs. Il y a eu un léger dépassement du plafond d’accumulation de nouveaux arriérés de paiements extérieurs ».

Perspectives positives

Toutefois, le Fonds pense que les perspectives demeurent positives, sous réserve de la poursuite des réformes et d’un contexte extérieur favorable. Tout comme, pour sa part, le programme de réformes structurelles des autorités progresse de manière satisfaisante.

« Les efforts doivent cependant être intensifiés pour atteindre les objectifs ambitieux de la stratégie nationale de développement 2020-30 (SND30), et notamment pour dégager une marge de manœuvre budgétaire pour les investissements dans les infrastructures, tout en préservant la viabilité de la dette. Les réformes visant à soutenir une transformation structurelle profonde de l’économie doivent également être accélérées, en particulier pour améliorer le climat des affaires pour le secteur privé », souligne-t-il, précisant que la mission encourage les mesures prises par les autorités pour l’amélioration de la performance et de la gestion financière des entreprises publiques, l’achèvement des études techniques concernant la restructuration de la Sonara et le renforcement du cadre de lutte contre la corruption.

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Advertisment -

Most Popular

Recent Comments

error: Contenu protégé !!! Content protected !!!