mercredi, 19 juin 2024
AccueilA la uneEmprunt obligataire 2023 de l’Etat : Les détenteurs de titres peuvent désormais les...

Emprunt obligataire 2023 de l’Etat : Les détenteurs de titres peuvent désormais les céder sur le marché de la BVMAC contre de la trésorerie

D’un montant global de 176,2 milliards de FCFA (176 276 280 000 de FCFA), l’emprunt obligataire 2023 de l’Etat, qui avait été réalisé en juin dernier, après une surallocation (+ 26 milliards de FCFA, +17,51%) autorisée par le régulateur de la Bourse des valeurs mobilières de l’Afrique centrale (BVMAC), alors que le Cameroun n’avait alors sollicité que 150 milliards de FCFA pour financer ses différents projets de développement cette année, a été admis à la première cotation ce jeudi 23 novembre 2023 sur le marché financier sous-régional.

(EcoFinances) – Les investisseurs, qui détiennent les titres de l’emprunt obligataire de l’Etat du Cameroun « ECMR 2023 à tranches multiples », peuvent désormais les céder sur le marché financier sous-régional (Bvmac) basé à Douala contre de la trésorerie, en fonction de l’intérêt qu’ils manifesteront pour ce titre sur le marché au fil des séances de cotation.

D’un montant global de 176,2 milliards de FCFA (176 276 280 000 de FCFA), l’emprunt obligataire 2023 de l’Etat, qui avait été réalisé en juin dernier, après une surallocation (+ 26 milliards de FCFA, +17,51%) autorisée par le régulateur de la Bourse des valeurs mobilières de l’Afrique centrale (BVMAC), alors que le Cameroun n’avait alors sollicité que 150 milliards de FCFA pour financer ses différents projets de développement cette année, a été admis à la première cotation ce jeudi 23 novembre 2023 sur le marché financier sous-régional.

Cette admission de l’emprunt dénommé « ECMR 2023 à tranches multiples » intervient plusieurs mois après que l’Etat du Cameroun ait mobilisé par appel public appel à l’épargne la somme de 176,2 milliard sur le marché financier de l’Afrique centrale du 13 au 20 juin 2023. Une opération menée avec succès grâce au Consortium d’arrangeurs et chefs de file composé de SG Capital CEMAC, Upline Securities Central Africa (USCA), Attijari Securities Central Africa (ASCA), Afriland Bourse & Investissement et Financia Capital, mandaté à cet effet pour la structuration et le placement de ladite opération.

Financement des projets de développement


Selon le représentant du ministre des Finances (Minfi) empêché, Gilbert Didier Edoa, par ailleurs secrétaire général du ministère des Finances, l’argent ainsi mobilisé servira au financement de certains projets inscrits dans la Loi de finances 2023 de l’Etat du Cameroun, notamment dans les secteurs de l’Eau et Energie, des Travaux publics, de l’Aménagement urbain, des Transports et de la Reconstruction des zones sinistrées des régions nord-ouest et sud-ouest.

S’agissant de la date de jouissance de l’emprunt, elle a été définitivement fixée au 23 juin 2031. Ce qui signifie, apprend-on, que les intérêts de l’emprunt courent à partir de cette date ainsi que les échéances de remboursement du capital. « Le capital sera remboursé par maturité suivant les modalités ci-après :   Tranche A (5,80%) : Maturité 3 ans, Remboursement in fine ; Tranche B (6,00%),  Maturité 4 ans, Amortissement du capital (1/2) chaque année pendant les deux dernières années, soit après 2 années de différé ;  Tranche C (6,75%), Maturité 6 ans, Amortissement du capital (1/3) chaque année pendant les trois dernières années, soit après 3 années de différé ;  Tranche D (7,25%),  Maturité 8 ans, Amortissement du capital (1/5e) chaque année pendant les cinq dernières années, soit après 3 années de différé », confie un cadre de la Bvmac.

L’emprunt obligataire  dont il est question ici sera remboursé par le débit du compte séquestre ouvert par l’Etat du Cameroun dans les livres de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC). Ce compte sera géré par procuration par la BEAC en guise de mécanisme de sûreté de l’emprunt , apprend-on.

Rendre le titre liquide et drainer l’épargne oisive des agents économiques

A en croire le secrétaire général du Minfi, l’admission ce jour (23 novembre 2023, Ndlr) en cotation ouvre de nouvelles perspectives pour cet instrument de placement.  « A ce propos, je vais interpeller les professionnels de la finance (entreprise de marché, sociétés de bourse, sociétés de gestion, conseillers en investissements financiers) à l’effet de rendre ce titre liquide et drainer l’épargne oisive des agents économiques vers notre marché financier et d’augmenter le nombre de titre qui s’y échangeront », explique Gilbert Didier Edoa.

Qui ajoute : « A partir de ce jour (jeudi 23 novembre 2023, Ndlr), il vous sera possible d’acheter ou de vendre les titres de l’emprunt obligataire ‘’ECMR A Tranches Multiples ‘’ en vous adressant aux sociétés de bourse agréées par la Cosumaf, et ce, jusqu’au 23 juin 2031, date intégral de remboursement de l’emprunt ».

L’emprunt obligataire  dont il est question ici sera remboursé par le débit du compte séquestre ouvert par l’Etat du Cameroun dans les livres de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC). Ce compte sera géré par procuration par la BEAC en guise de mécanisme de sûreté de l’emprunt , apprend-on.

Pour rappel, c’est depuis 2010 que l’Etat intervient sur les marchés financiers. Entre 2010 et 2023, il a en tout émis sept (07) emprunts obligataires d’un montant total de 1206 milliards de FCFA. A date, l’Etat a remboursé intégralement les cinq (05) premiers emprunts obligataires (soit 795 milliards de FCFA). « Pour la même période , nous avons émis sur le marché monétaire de la BEAC des obligations du Trésor pour un montant de 1313 milliards de FCFA », souligne le SG du Minfi.

Sur les marchés internationaux, l’Etat a émis des Eurobonds ces dernières années. D’abord en 2015 et plus récemment en 2021 en vue du rachat de la souche de 2015. Autant de sorties qui témoignent, apprend-on, de la présence régulière de l’Etat du Cameroun sur les marchés financiers national, sous-régional et international. « C’est également le lieu de rappeler que l’Etat a toujours honoré ses engagements à bonne date sur ces différents marchés, d’où la confiance des investisseurs en  sa signature », a-t-il conclu.

JRD

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Advertisment -

Most Popular

Recent Comments

error: Contenu protégé !!! Content protected !!!