mercredi, 21 février 2024
AccueilA la uneMort précoce des PME : La BSTP propose l’optimisation des coûts et...

Mort précoce des PME : La BSTP propose l’optimisation des coûts et de la fiscalité aux PME locales comme solution

En partenariat avec le CGA (Centre de gestion agréé) W&P, la Bourse de sous-traitance et de partenariat du Cameroun (BSTP) a organisé, ce jeudi 16 novembre 2023 à Douala, un séminaire de sensibilisation des PME/PMI sur l’optimisation de la fiscalité des entreprises.

(EcoFinances) – De nombreuses PME/PMI  naissent chaque jour au Cameroun et disparaissent ou meurent au même rythme à cause très souvent de leur incapacité à optimiser leurs coûts, selon le directeur de la Bourse de sous-traitance et de partenariat du Cameroun (BSTP), Evariste Yameni, qui a présidé, ce 16 novembre 2023 à Douala,  l’ouverture d’un séminaire de sensibilisation des PME/PMI (Petites et moyennes entreprises/Petites et moyennes industries) sur l’optimisation de la fiscalité des entreprises.

« La BSTP compte dans sa base de données plus de 700 PME/PMI dont elle souhaite qu’elles demeurent pérennes, viables, compétitives afin de créer plus d’emplois, remplir leurs engagements fiscaux et contribuer au final à l’augmentation du Produit intérieur brut (PIB) de notre pays. Or, il faut noter qu’entre autres conditions à remplir, pour atteindre ces objectifs, figure l’optimisation des coûts », explique-t-il.

Avant d’ajouter : « Cette pratique aide les entreprises à maximiser les réductions de leurs dépenses à tous les niveaux. Il faut noter qu’optimiser ses coûts, c’est aussi bien gérer sa trésorerie. La santé d’une société dépend en grande partie de la gestion des fonds dont elle dispose : équilibre des dépenses et des recettes, visibilité sur ses investissements, anticipation budgétaire et surtout la maîtrise de sa fiscalité ».

Optimisation fiscale

Quand on parle d’optimiser les coûts il est aussi question, apprend-on, de l’optimisation de la fiscalité. Et à ce sujet, Jean Paul Wafo, expert-comptable et DG de SFAI Cameroon, explique que le déficit d’informations détenues par les acteurs économiques en raison de la perception (par le passé) de la fiscalité comme étant agressive a favorisé leur maintien dans le secteur informel. Lequel secteur est caractérisé par une absence de relations avec l’administration fiscale.

Or, apprend-on, ce comportement est porteur de conséquences dommageables, car sources de frein à la croissance des entreprises. « C’est le cas notamment lorsqu’il leur est requis des états financiers attestés (par un Expert-comptable ou un CGA selon la taille de l’entreprise) pour soumissionner à des appels d’offre. Incapables de présenter ces documents, beaucoup de PME se trouvent ainsi auto exclus des marchés », explique l’expert-comptable.

 
Evariste Yameni, Directeur de la BSTP : « La BSTP compte dans sa base de données plus de 700 PME/PMI dont elle souhaite qu’elles demeurent pérennes, viables, compétitives afin de créer plus d’emplois, remplir leurs engagements fiscaux et contribuer au final à l’augmentation du Produit intérieur brut (PIB) de notre pays ».

Quant aux PME sorties de l’informel, la méconnaissance de la réglementation fiscale continue à pousser certaines d’entre elles à adopter des comportements fiscaux déviants. Ce qui fait qu’elles paient deux, voire trois fois plus chers leurs impôts et taxes lorsqu’arrive des années après le moment des contrôles initiés par l’administration fiscale.

« Pourtant, le dispositif fiscal camerounais a prévu des conditions très souples à remplir pour bénéficier soit des exonérations fiscales totales (cas des start-ups innovantes du domaine du numérique), soit alors des réductions importantes allant jusqu’à 50% du montant de l’impôt à payer », ajoute Jean Paul Wafo.

Domicilier les affaires comptables et fiscales des PME au sein des structures dédiées

Afin d’enrayer l’insuffisante connaissance du public sur cette réalité, la BSTP et son partenaire le CGA W&P a décidé d’intensifier la sensibilisation des PME sur la nécessité de la domiciliation de leurs affaires comptables et fiscales au sein des structures y dédiées afin d’activer la batterie des exonérations, mieux encore, des subventions prévues par le législateur en vue de les accompagner.

Rappelons qu’à travers le séminaire, organisé ce 16 novembre à Douala, la BSTP et son partenaire souhaitent, entre autres, encourager les contribuables à migrer du secteur informel vers le secteur formel ; insuffler aux participants l’urgence de l’observation des bonnes pratiques managériales et fiscales ; indiquer aux participants la nécessité de la production des états financiers crédibles (gage d’accès au financement, à la prospérité des entreprises et de leur pérennité fiscale).

JRD

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

dix + 9 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Advertisment -

Most Popular