mardi, 20 février 2024
AccueilA la uneFilière des oléagineux : Face au danger des huiles raffinées en vrac, l’Asroc...

Filière des oléagineux : Face au danger des huiles raffinées en vrac, l’Asroc tire la sonnette d’alarme et condamne la concurrence déloyale

Son secrétaire général, Jacquis Gabriel Kemleu Tchabgou, a profité de la conférence de presse de ce jeudi 05 octobre 2023 à Yaoundé pour rappeler les textes en vigueur et sensibiliser les différents acteurs présents dans ce secteur d’activité.

(EcoFinances) – La filière des oléagineux rencontre depuis quelque temps des difficultés relatives aux contrecoups des importations d’huiles végétales raffinées non conformes en violation de la réglementation en vigueur, selon le secrétaire général de l’Association des raffineurs des oléagineux du Cameroun (Asroc), Jacquis Gabriel Kemleu Tchabgou, qui était face à la presse ce jeudi 05 octobre 2023 à Yaoundé.

Occasion pour le porte-parole des entreprises membres de l’Asroc (SCR Maya et Cie, Azur SA, Sodecoton SA, SCS/Rafca, SPFS, CCO SA, Saagry, HACC, IBI et la Nouvelle Raffinerie du Cameroun) de rappeler les textes en vigueur, tout en sensibilisant les différents acteurs présents dans ce secteur d’activité quant aux pratiques anticoncurrentielles qui ne peuvent que fragiliser l’ensemble de la filière.

« Au regard des 700 milliards de FCFA déjà investis à ce jour et plus de 60 000 personnes en emplois directs nonobstant la conjoncture économique particulièrement difficile du fait de la guerre contre Boko Haram, de la guerre du NoSo, de l’insécurité à nos frontières notamment du côté du Nord Cameroun et de la RCA, la pandémie à Corona virus et tout récemment  la guerre en Ukraine, il était de bon ton que l’on marque un temps d’arrêt pour tirer la sonnette d’alarme au regard des difficultés liées au contrecoups des importations d’huiles végétales raffinées non conformes,  en violation de la réglementation en vigueur que traverse cette Filière à fort potentiel de croissance et à forte valeur ajoutée. Et qui crée de la richesse, des emplois et apporte à l’État, à travers ses entreprises, des ressources fiscales et sociales indispensables pour son développement », a-t-il déclaré.

Risques graves de santé, difficultés pour les entreprises à honorer les engagements…

Face aux hommes et femmes des médias, il a surtout dénoncé la concurrence déloyale entre acteurs économiques du fait de la mise dans les espaces marchands des huiles localement produites et commercialisées en violation de l’écosystème juridique en place. Tout comme il n’a pas hésité à attirer l’attention des pouvoirs publics et des populations (notamment des consommateurs) sur les risques graves de santé liés à la consommation de tels produits « qui ne sont pas soumis au strict respect des normes homologuées dans ce secteur d’activité, notamment la norme NC 77 pour les huiles végétales portant un nom spécifique, enrichies à la vitamine A ».

Mais au-delà des risques liés à la commercialisation et la consommation de ces produits non traçables, impropres à la santé « huiles en vrac », le SG de l’Asroc a insisté sur l’aspect économique au regard des engagements financiers que ces derniers n’arrivent plus à honorer du fait de la situation qui prévaut actuellement.

Déploiement des agents assermentés du Mincommerce sur le terrain

Autant de problèmes qui perturbent aujourd’hui le bon fonctionnement de la filière des oléagineux et dont le SG de l’Asroc a tenu à partager avec la presse, au moment où le gouvernement, via le ministère du Commerce (Mincommerce), a décidé de lancer une véritable croisade contre les huiles raffinées bon marché (vrac) à travers le territoire national.

Le ministre du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana, n’a pas attendu longtemps avant de lancer une véritable opération coup de poing contre la présence des huiles en vrac sur le marché, après le Conseil de cabinet du 28 septembre dernier à l’immeuble étoile à Yaoundé.

Puisque que dès le lendemain (29 septembre 2023, Ndlr), il a saisi les promoteurs des industries de transformation des oléagineux à travers une correspondance dans laquelle il les invitait à se conformer aux textes leur secteur d’activité, au risque de se voir taper sur les doigts.

« Dans le contexte actuel de manipulation des aliments, synonyme de mise en danger de la vie des consommateurs, des instructions fermes ont été données par la haute hiérarchie, en vue du strict respect par tous les acteurs, des règles en matière de sécurité sanitaire des aliments, de manière globale, et des textes applicables à chaque filière, de manière spécifique ; au risque pour les contrevenants de s’exposer aux mesures répressives prévues par les lois et règlements en vigueur », a-t-il écrit.

Avant d’ajouter : « Dans le cas spécifique de votre filière, se trouve particulièrement visée la question des huiles vrac, dont la commercialisation, parce que porteuse de risques graves pour la santé des consommateurs, est interdite. J’ai l’honneur d’appeler votre meilleure attention sur cette disposition et de vous inviter à bien vouloir vous y conformer, étant rappelé que les agents assermentés des différents départements ministériels et organismes intéressés seront incessamment déployés sur le terrain auxdites fins ».

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

trois × 4 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Advertisment -

Most Popular