lundi, 04 mars 2024
AccueilA la uneFinancement de l’économie : Priorité aux entreprises privées qui bénéficient de 70% de...

Financement de l’économie : Priorité aux entreprises privées qui bénéficient de 70% de la garantie de prêt de 200 milliards de FCFA accordée par l’Etat en 2023

D’après le ministre des Finances, Louis Paul Motaze, qui a présidé la cérémonie de signature de la convention de garantie de portefeuille le 16 août dernier à Yaoundé entre l’Etat du Cameroun, les banques et les EMF, le plafond de 200 milliards de FCFA est ainsi réparti à 60 milliards pour les établissements publics et à 140 milliards pour les établissements privés avec 30% pour les grandes entreprises et 70% pour les PME (Petites et moyennes entreprises). La garantie accordée par l’Etat aux secteurs public et privé vise les prêts accordés jusqu’au 31 décembre 2023.

(EcoFinances) – Les entreprises du secteur privé (le nombre d’entreprises en exercice au Cameroun est estimé à 324 899 dont 324 250 PME en 2021, selon les données du ministère des PME-Minpmeesa) font partie des principaux bénéficiaires de la garantie de prêt que l’Etat du Cameroun vient d’accorder à la fois aux établissements et entreprises du secteur public ainsi qu’aux entreprises privées. La convention de garantie de portefeuille a en effet été signée, le 16 août 2023 à Yaoundé, entre l’Etat du Cameroun, les établissements de crédit et les établissements de microfinance, au cours d’une cérémonie présidée par le ministre des Finances (Minfi), Louis Paul Motaze, en présence du ministre délégué auprès du ministre de l’Economie, de la planification et de l’aménagement du territoire (Minepat), Paul Tasong. Montant de la garantie accordée par l’Etat en 2023 : 200 milliards.

« Cette convention consacre, la mise en œuvre effective de la Facilité de garantie de l’Etat aux entreprises, telle que prévue par la loi de Finances 2023, habilitant le Gouvernement à l’aval de l’Etat aux établissements publics et entreprises publiques et privées, au titre des emprunts intérieurs, pour un montant global de 200 milliards de FCFA », précise le ministre des Finances, Louis Paul Motaze.

Même si le Minfi a, à cette occasion, indiqué qu’à travers cette initiative l’Etat entend améliorer la qualité et accroître le volume de crédits accordés aux entreprises privées et surtout les PME, il n’en demeure pas moins que certains se sont interrogés au sujet du profil des entreprises prioritaires ainsi que les conditions d’éligibilité.

A en croire le ministère des Finances (Minfi), le plafond de 200 milliards de FCFA est ainsi réparti à 60 milliards pour les établissements publics et à 140 milliards pour les établissements privés avec 30% pour les grandes entreprises et 70% pour les PME (Petites et moyennes entreprises).

Profil des entreprises prioritaires

Concernant le profil des entreprises prioritaires, il ressort, d’après les autorités, que ne peuvent prétendre bénéficier de la garantie de l’Etat que les entreprises publiques et privées de droit camerounais (à capitaux majoritairement camerounais), implantées sur le territoire national et ne faisant pas l’objet d’une procédure collective. C’est-à-dire, une procédure de sauvegarde, de redressement judiciaire ou de liquidation. Hormis cette conditionnalité, ces entreprises devront également être présentes dans les filières prioritaires de la Stratégie nationale de développement 2020-2030 (SND30) : entreprises de l’agro-industrie, entreprises de transformation, entreprises du domaine des TICs ainsi que les startups.

Conditions d’éligibilité

Qu’en est-il à présent des conditions d’éligibilité à cette garantie accordée par l’Etat ? Selon le ministère des Finances, deux catégories de prêts sont éligibles. « D’abord, les prêts destinés au financement des besoins en fonds de roulement et surtout à l’investissement, dans le sens de la formation brute de capital fixe des entreprises qui interviennent  dans les filières identifiées comme prioritaires par la Stratégie Nationale de Développement 2020-2030 (SND30).Ensuite et enfin, les prêts visant à accroître la production locale des principaux produits d’importation et permettant de renforcer nos capacités d’exportation », explique un haut cadre du Minfi, soulignant que sont , par contre, exclues de ce champ les opérations de refinancement, de restructuration, de remboursement ou de rachat d’un prêt existant.

L’Etat accorde une garantie de 140 milliards de FCFA au secteur privé

Un détail important qui ne devrait pas échapper aux acteurs économiques locaux : la garantie accordée par l’Etat aux secteurs public et privé vise les prêts accordés jusqu’au 31 décembre 2023.  « Le plafond de 200 milliards de FCFA est ainsi réparti à 60 milliards pour les établissements publics et à 140 milliards pour les établissements privés avec 30% pour les grandes entreprises et 70% pour les PME (Petites et moyennes entreprises). Par ailleurs, compte tenu du climat socio-économique, ces plafonds de couverture peuvent être ajustés par I’Etat à 60% pour les grandes entreprises et à 80% pour les PME opérant dans les zones économiquement sinistrées », souligne Didier Gilbert Edoa, secrétaire général du ministère des Finances.

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

huit − un =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Advertisment -

Most Popular

Recent Comments