mardi, 27 février 2024
AccueilA la uneCoton-textile-confection : Le marché local du pagne confisqué à hauteur de 88%...

Coton-textile-confection : Le marché local du pagne confisqué à hauteur de 88% par des importations d’Asie, obligeant les producteurs locaux comme la Cicam à ne contrôler que moins de 10% de ce juteux marché

Pour pallier cette situation préjudiciable à cette filière et par conséquent à l’économie nationale, le Cameroun compte désormais sur le Partenariat multi-acteurs (PMA) qui apparaît donc comme une belle réponse du gouvernement et ses partenaires. Il s’agit, de mobiliser l’ensemble des facilités institutionnelles, économiques et financières, afin de favoriser l’éclosion des micro-industries et des Petites et moyennes industries, génératrices d’emplois et capables d’ajouter de la valeur localement.

(EcoFinances) – Le marché camerounais du pagne est aujourd’hui satisfait à hauteur de 88% par des importations d’Asie, tandis que les producteurs locaux (comme la Cicam) contrôlent moins de 10% de ce marché, selon le ministre de l’Economie, de la planification et de l’aménagement du territoire (Minepat), Alamine Ousmane Mey, qui a présidé ce 04 mai 2023 à Yaoundé la première session du Comité national d’orientation stratégique (CNOS) du Partenariat multi-acteurs (PMA) de la filière coton-textile-confection. C’était en présence de l’ambassadrice de la République fédérale d’Allemagne au Cameroun, Dr. Corinna Fricke, des partenaires techniques et financiers, ainsi que des représentants des secteurs public et privé.

« Le marché du pagne est satisfait à hauteur de 88 % par des importations d’Asie, tandis que les producteurs locaux contrôlent moins de 10 % de ce marché », a-t-il déclaré, insistant sur les raisons du diktat des importations d’Asie sur le marché local du pagne. Même si plusieurs facteurs méritent d’être pris en compte, il a surtout pointé du doigt la faible industrialisation de la filière coton-textile-confection. Le Minepat en veut pour preuve le fait que moins de 5% des fibres produites localement sont transformées par les industries et l’artisanat local. La conséquence de cette quasi-absence d’industrialisation de cette filière se traduit automatiquement par une large domination du marché intérieur par les importations qui obèrent la balance commerciale.

Pour pallier cette situation préjudiciable à cette filière et par conséquent à l’économie nationale, le Cameroun compte désormais sur le Partenariat multi-acteurs (PMA). Lequel apparaît donc comme une belle réponse du gouvernement et ses partenaires. Il a, apprend-on, a été mis en place sous l’impulsion conjointe du Comité de compétitivité et la Coopération          allemande à travers la GIZ, dans le but d’améliorer la productivité et la compétitivité de la chaine de valeur coton-textile-confection dans tous les segments (production de coton durable, artisanat et industrie textile).

Le gouvernement et ses partenaires entendent désormais s’appuyer sur le PMA pour changer la donne.

02 millions de personnes dépendent du coton pour vivre et se vêtir

La première session du Comité national d’orientation stratégique (CNOS) du PMA de la filière coton-textile-confection, qui s’est tenue le 04 mai 2023 à Yaoundé sous les auspices du Minepat, s’inscrit dans le cadre de la politique d’import-substitution impulsée par le gouvernement du Cameroun, dans le but de donner de la valeur au Made in Cameroon. « Il s’agit, de mobiliser l’ensemble des facilités institutionnelles, économiques et financières, afin de favoriser l’éclosion des micro-industries et des Petites et moyennes industries, génératrices d’emplois et capables d’ajouter de la valeur localement », a déclaré Alamine Ousmane Mey.

Tout comme il a souligné qu’une telle initiative est capable de permettre aux entreprises de ce secteur de reconquérir progressivement le marché local, de contribuer à l’exportation des produits finis et de participer par exemple à la réduction de la facture des importations des vêtements de seconde main connues sous le nom de « friperie » estimée à plus de 38 milliards de FCFA par an.

Pour rappel, le marché local du pagne est ainsi largement dominé par des importations d’Asie au moment où plus de deux (02) millions de personnes au Cameroun dépendent du coton (d’une manière ou d’une autre), le secteur employant environ 475 000 personnes. Par ailleurs, les exportations de coton font engranger d’importantes recettes en devises. La production cotonnière contribue substantiellement à la production globale. Dans le même ordre d’idées, les activités liées à la filière cotonnière représentent 6 % des exportations hors pétrole, 14,1 % du PIB de l’agriculture d’exportation, et sont source de plus de 60 % du revenu monétaire net agricole des populations de la partie septentrionale du pays, selon le Minepat Alamine Ousmane Mey.

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

quatre × 1 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Advertisment -

Most Popular

Recent Comments