lundi, 04 mars 2024
AccueilA la unePratiques anticoncurrentielles : Le Gicam, qui souhaite sensibiliser les entreprises et inviter l’Etat...

Pratiques anticoncurrentielles : Le Gicam, qui souhaite sensibiliser les entreprises et inviter l’Etat à plus d’actions contre ce fléau, vient d’opérationnaliser l’Observatoire de la concurrence et de la compétitivité

Mis en place avec l’appui technique et financier du Bureau international du travail (BIT), l’OCC-Gicam n’est pas, selon le président du Gicam, Célestin Tawamba, « un outil de trop ». Cet organe a été présenté à la communauté des affaires le 23 mars 2023 dans la capitale économique.

(EcoFinances) – L’Observatoire de la concurrence et de la compétitivité du Gicam (OCC-Gicam), qui pour a missions la veille, la formation et la sensibilisation des entreprises, ainsi que le plaidoyer à l’attention des pouvoirs publics, est désormais opérationnel, d’après le Groupement inter-patronal du Cameroun (Gicam), qui a présenté cet organe le 23 mars 2023 à Douala à la communauté des affaires, au cours de la Journée de la concurrence du Gicam.

« Cet évènement avait trois principaux objectifs. Premièrement, il était question d’informer la communauté des affaires de l’effectivité de l’opérationnalisation de l’OCC-Gicam, et de donner ainsi à cette structure d’appui aux entreprises toute la visibilité dont elle a besoin pour mener à bien ses missions. Ensuite, c’était l’occasion, pour les experts chargés de l’opérationnalisation de l’OCC-Gicam, de présenter leurs travaux aux chefs d’entreprises et représentants des administrations, en vue de leur appropriation par tous les acteurs intervenant sur les questions de concurrence », déclare le Groupement.

Avant d’ajouter : « Enfin, la Journée de la concurrence visait à créer un véritable cadre de dialogue entre le secteur privé et les administrations, condition sine qua non de la réduction des distorsions de concurrence qui minent l’espace économique camerounais ». 

Célestin Tawamba, président du Gicam: « Ce n’est pas un outil de trop. Il devrait être capitalisé par les différents acteurs publics et privés pour susciter de réelles évolutions sur le champ de la lutte contre les distorsions de concurrence ».

Outil à capitaliser par les différents acteurs publics et privés

Mis en place avec l’appui technique et financier du Bureau international du travail (BIT), l’OCC-Gicam n’est pas, selon le président du Gicam, Célestin Tawamba, « un outil de trop ». D’ailleurs, ce dernier devrait être capitalisé par les différents acteurs publics et privés pour susciter de réelles évolutions sur le champ de la lutte contre les distorsions de concurrence. 

Plusieurs experts aux profils solides ont, apprend-on, été recrutés pour son opérationnalisation. Il s’agit d’André Dumas Tsambou, économiste et coordonnateur de l’OCC-Gicam, et François Essama, expert juriste. Alors que l’économiste et coordonnateur de l’OCC-Gicam a fait un exposé mettant en évidence la cartographie des distorsions de concurrence dans l’espace économique camerounais, en annonçant la conception imminente d’un indicateur de mesure des distorsions de concurrence au Cameroun ; l’expert juriste, a quant à lui, présenté le formulaire automatisé de dénonciation des pratiques de concurrence déloyale conçu par l’OCC-GICAM. Les deux experts n’ont pas manqué d’inviter les entreprises à porter désormais à l’attention de l’OCC-Gicam tous les cas de concurrence déloyale dont ils sont victimes.

L’opérationnalisation de l’Observatoire de la concurrence et de la compétitivité du Gicam intervient au moment où de nombreuses entreprises se plaignent d’être constamment victimes de pratiques anticoncurrentielles (parasitisme, dénigrement, imitation, désorganisation, etc). Des pratiques qui s’accompagnent parfois de sanctions sévères à l’encontre des hors-la-loi, par les pouvoirs publics.

Pour rappel, la Journée de la concurrence qu’a abrité le Gicam le 23 mars dernier à Douala a vu la présence du représentant du BIT, en la personne de Lassina Traore, spécialiste des activités pour les Employeurs ; lequel a rappelé le contexte de la création de l’OCC-GICAM ainsi que l’importance de sa contribution dans la réduction des distorsions de concurrence. Il a surtout profité de l’occasion pour réaffirmer la disponibilité du BIT à continuer de se tenir aux côtés du Gicam pour soutenir un secteur privé compétitif et créateur de richesses et d’emplois.

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

seize − 13 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Advertisment -

Most Popular

Recent Comments