mardi, 16 juillet 2024
AccueilA la uneArgent des migrants : La Beac et le Fonds de d’équipement des...

Argent des migrants : La Beac et le Fonds de d’équipement des Nations Unies pour un flux accru de transferts des fonds par des canaux formels à des coûts raisonnables en zone Cemac

Les deux institutions ont signé, le 08 février 2023, un accord pour améliorer l’environnement politique et réglementaire des services financiers numériques en zone Cemac.

(EcoFinances) – Le Fonds d’équipement des Nations Unies (Uncdf) et la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac) ont conclu, mercredi 08 février 2023, un mémorandum d’accord aux fins d’améliorer l’environnement politique et réglementaire des Services financiers numérique (SFN) en zone Cemac (Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale), selon un communiqué de presse rendu public ces derniers jours. L’accord signé avec la Banque centrale qui représente les six pays membres de la Cemac (Cameroun, Congo, Gabon, Guinée équatoriale, Tchad et RCA) vise surtout à faciliter, apprend-on, un flux accru de transferts des fonds par des canaux formels et à des coûts raisonnables.

« Considérant qu’une part de plus en plus importante des migrations s’effectue dans les couloirs régionaux, il est impératif pour les pays de la Cemac, soit le Cameroun, la République Centrafricaine, le Congo, le Gabon, la Guinée Equatoriale et le Tchad, de faciliter un flux accru de transferts de fonds par des canaux formels à des coûts raisonnables », indique le document. Qui ajoute que pour y parvenir, l’Uncdf fournira une assistance technique à la Beac sur le cadre juridique et les options réglementaires relatives aux SFN dans la Cemac, conformément aux pratiques internationales et aux objectifs stratégiques de la sous-région.

Aussi, le Fonds d’équipement de l’Onu coopèrera en outre avec la Beac en vue d’impulser le changement dans la mise en œuvre de la stratégie régionale d’inclusion financière, en tenant compte des propositions du Groupe consultatif sur les femmes et les services financiers numériques au sein de la Cemac, qui a sollicité les avis des sociétés civiles de la sous-région. « L’accord entre l’Uncdf et la Beac permettra également de lancer des dialogues entre les secteurs public et privé pour fédérer les acteurs de l’écosystème de la finance numérique autour du cadre réglementaire sur les SFN dans chaque pays de la Cemac », souligne par ailleurs le communiqué de presse.

L’Uncdf ne s’arrête pas à ce niveau, puisqu’il facilitera et soutiendra par ailleurs la formation et les visites d’échange du personnel de la Beac ,  afin de renforcer ses compétences dans le domaine des services financiers numériques. A en croire l’Uncdf, cela fait partie de son approche pour le renforcement des capacités, dans le cadre de laquelle un programme d’apprentissage est conçu conjointement pour obtenir la dynamique et les conditions nécessaires à un changement réglementaire significatif et durable.

Les transferts monétaires de la diaspora sénégalaise n’ont pas cessé d’augmenter ces dernières années.

Pour de nombreux pays, les transferts de fonds sont plus importants et plus stables que les IDE

Selon Xavier Michon, secrétaire exécutif adjoint de l’Uncdf, les transferts de fonds sont une source indispensable et durable de financement du développement.  « Pour de nombreux pays, les transferts de fonds sont plus importants et plus stables que les investissements directs étrangers et, dans la plupart des cas, plus essentiels que l’aide publique au développement. Les transferts de fonds sont également une source financière cruciale pour les familles de migrants, et lorsqu’ils sont effectués numériquement, ils offrent une vaste opportunité d’impact social plus large et d’inclusion financière des migrants et de leurs familles qui envoient et dépensent les flux de transferts de fonds dans l’économie réelle », a-t-il déclaré, soulignant que la Cemac ne fait pas exception à cette règle.

Des propos qu’approuve le gouverneur de la Beac, Abbas Mahamat Tolli, pour qui l’inclusion financière est une priorité essentielle pour les pays de la Cemac.  Il en veut pour preuve le fait que les transferts de fonds et les services financiers numériques accompagnent les efforts des gouvernements des pays en développement, dont ceux de la Cemac, en plus des efforts soutenus visant le développement économique. « Il est donc de notre responsabilité de veiller à ce qu’une assistance technique adéquate soit obtenue dans ce domaine. Un tel soutien technique est essentiel pour progresser dans le programme d’inclusion financière qui sera bientôt piloté par la Stratégie régionale d’inclusion financière. Je suis, par conséquent, heureux que l’Uncdf coopère avec la Beac sur cet agenda critique pour les États membres de la Cemac », a-t-il fait savoir.

Grâce au renforcement de l’environnement politique et réglementaire des services financiers numériques, la collaboration de l’Uncdf avec la Beac permettra, apprend-on, d’innover dans la Cemac pour améliorer la stabilité financière, l’intégrité du marché et la protection des consommateurs, et ainsi faciliter l’inclusion financière à grande échelle.

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Advertisment -

Most Popular

Recent Comments

error: Contenu protégé !!! Content protected !!!