mardi, 20 février 2024
AccueilA la unePromotion : Modeste Mopa, nouveau directeur mondial de l’outil d’évaluation diagnostique de l’administration...

Promotion : Modeste Mopa, nouveau directeur mondial de l’outil d’évaluation diagnostique de l’administration fiscale (Tadat) du FMI

Après avoir sécurisé et travaillé à l’accroissement des recettes fiscales du pays pendant dix ans, l’inspecteur principal des impôts quitte ainsi le Cameroun à l’effet de mettre ses compétences au service de l’institution de Bretton Woods pour une durée de trois ans.

(EcoFinances) – L’actuel directeur général des Impôts (DGI), Modeste Mopa Fatoing, est le nouveau directeur mondial de l’outil d’évaluation diagnostique de l’administration fiscale (Tadat) du Fonds monétaire international (FMI), selon des sources internes à la direction générale des Impôts à Yaoundé, qui indiquent que le patron du fisc a signé un contrat de trois (03) ans avec le Fonds pour être le Head of Secretariat du Tadat (Tax administration diagnostic assessment tool).

Le chef de l’Etat a marqué son accord pour qu’il soit détaché auprès du FMI pendant trois ans, comme l’atteste cette correspondance du secrétaire général de la présidence de la République (SGPR), Ferdinang Ngoh Ngoh, au secrétaire général des services du Premier ministre (SGPM), Séraphin Magloire Fouda, l’informant de ce que le président de la République vient de l’autoriser à travailler pour le Fonds durant cette période.

« Monsieur le secrétaire général des services du Premier ministre, faisant suite à la note citée en référence, j’ai l’honneur de vous faire connaître que, Monsieur le président de la République, a marqué son très haut accord pour le détachement de M. Mopa Modeste Fatoing (directeur général des Impôts) auprès du Fonds monétaire international, pour une durée de trois ans », indique le SGPR dans cette lettre qui date du 25 janvier dernier.

Avec le secteur privé, le DGI a amélioré les relations créant un véritable climat de confiance.

L’inspecteur principal des impôts Modeste Mopa quitte ainsi le Cameroun après avoir révolutionné le système de collecte et de sécurisation des recettes fiscales. Nommé en 2013 à la tête de la direction générale des Impôts alors qu’il n’a que 38 ans, il entreprend de mettre en œuvre une série de réformes qui vont permettre au Cameroun d’accroître ses recettes fiscales malgré des crises à fort impact sur l’activité économique. Parmi celles-ci, la digitalisation des services (qui a permis de réduire le contact entre les agents des impôts et les contribuables), le transfert de la collecte de certaines taxes aux entreprises telles que les compagnies d’assurance, la réorganisation des structures spécialisées pour le suivi des Petites et moyennes entreprises (PME) et Grandes entreprises (GE). Sans oublier l’usage du mobile money pour le paiement des impôts.

Autant de réformes qui ont non seulement permis d’accroître le nombre d’entreprises payant effectivement les impôts au Cameroun, mais aussi et surtout aux recettes fiscales non pétrolières collectées par l’administration fiscale de franchir la barre de 2000 milliards de FCFA en 2022. Les données officielles renseignent par exemple que pendant la période allant de 2010 à 2019, ces recettes ont enregistré une hausse de 127,2%, « passant de 855,7 milliards de FCFA à 1 944,4 milliards de FCFA, en hausse de 1 088,7 milliards de FCFA en valeur absolue ».

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

quatre × quatre =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Advertisment -

Most Popular