lundi, 04 mars 2024
AccueilA la uneMonétique en zone Cemac : L'écosystème Gimacpay a, depuis janvier 2015, traité...

Monétique en zone Cemac : L’écosystème Gimacpay a, depuis janvier 2015, traité un cumul de 27 millions de transactions et plus de 1110 milliards de FCFA en montant cumulé

Selon directeur général du Gimac (Groupement interbancaire monétique de l’Afrique centrale), Valentin Mbozo’o, l’écosystème Gimacpay a en 2022 traité plus de 10 millions de transactions pour un montant cumulé de 395 milliards de FCFA.

(EcoFinances) – L’écosystème Gimacpay, mis en œuvre par le Groupement interbancaire monétique de l’Afrique centrale (Gimac) afin de booster l’inclusion financière dans la sous-région, a , depuis janvier 2015 , traité un cumul de 27 millions de transactions et plus de 1110 milliards de FCFA en montant cumulé, d’après le directeur général du Gimac, Valentin Mbozo’o, qui a récemment accordé un entretien au magazine économique panafricain Financial Afrik.

« Depuis la mise en œuvre de l’écosystème Gimacpay, nous assistons à une hausse substantielle et récurrente des flux transactionnels mobiles, transferts et cartes. Ainsi, nous avons traité en 2022 plus de 10 millions de transactions pour un montant cumulé de 395 milliards de FCFA. Les flux mobiles et transferts représentent aujourd’hui 73% de l’activité contre 27% pour l’activité carte. Gimacpay , à ce jour, représente un écosystème dans lequel interopère plus de 92 participants : Banque, EMF, EP, MNO et Agrégateurs. Plus globalement, le Gimac a traité depuis Janvier 2015 un cumul de 27 millions de transactions et plus de 1110 milliards de FCFA en montant cumulé », fait savoir le patron du Gicmac (photo).

Un bilan plutôt positif

A l’en croire, le bilan des offres que propose l’écosystème Gimacpay aux ménages et entreprises de la zone Cemac est plutôt éloquent, un peu plus de huit ans après son déploiement. « Sans vouloir verser dans l’autosatisfaction, la majorité des acteurs du paiement digital s’accorde à dire que le bilan de l’écosystème convergent des transactions cartes, mobiles et transferts Gimacpay est positif en termes d’innovation. C’est ainsi qu’abondant dans ce sens le Prix du meilleur intégrateur africain de l’année 2022 a été décerné audit écosystème le 08 décembre 2022 à Lomé au Financial Afrik Awards », confie-t-il à nos confrères de Financial Afrik.

Tout comme il ajoute : « A travers le décloisonnement des différents types de participants, il est désormais possible, pour chaque acteur de Gimacpay dans la Cemac, d’offrir une variété de services interopérables, dont entre autres le transfert instantané de compte (virtuel mobile ou bancaire), la réception des transferts venant hors de la Cemac (rémittence) sur son mobile, le retrait sans carte bancaire, et le paiement marchand ».

Conformément à l’instruction du gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC) de 2018, inhérente à l’interopérabilité intégrale (cartes, mobile et transferts), si ce n’est au-delà, les équipes du Gimac travaillent, apprend-on, à enrichir les offres de services. Car, conscients des défis à relever avec les participants de façon proactive, avec une trentaine de nouveaux services en vue d’ici la fin d’année 2023.

Grâce à l’écosystème Gimpacpay, les conditions de vie des populations de la Cemac ne cessent de s’améliorer.

Coûts abordables de possession et de retrait GAB des cartes bancaires

Au moment où certains utilisateurs semblent se plaindre des coûts de la carte bancaire et des retraits GAB (Guichet automatique bancaire), l’écosystème Gimacpay se positionne comme la solution. « Exception faite des institutions bancaires commercialisant des produits qui ne répondent pas exactement au besoin de leur clientèle, à l’exemple des clients d’établissements financiers qui ne voyagent pas à l’extérieur de leur pays auxquels l’on propose systématiquement des cartes internationales plus onéreuses en lieu et place de la carte Gimac, les coûts de possession et de retrait GAB des cartes bancaires dans la Cemac, y compris ceux des transactions traitées et compensées en FCFA à travers Gimacpay des cartes internationales émises dans la sous-région et y effectuant des opérations, sont abordables et propices à une inclusion financière substantielle des populations », souligne-t-il.

Reconstitution des réserves de change

Cette belle performance de l’écosystème Gimac, un peu plus de huit ans après son lancement, n’a cependant pas été perturbée par les récentes restrictions de transfert d’argent imposées par la BEAC. Des restrictions qui sont, apprend-on, intervenues dans un contexte visant le noble objectif de la reconstitution des réserves de changes de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale. « En effet, la BEAC a édicté un certain nombre de restrictions depuis quelques années notamment dans le domaine des sorties d’argent de la zone Cemac. Le Gimac se devant de s’assurer que les différents participants à l’écosystème appliquent et respectent cette réglementation qui a plutôt relevé et restauré les fondamentaux du FCFA émis par la Banque centrale, et par ricochet les économies de la Cemac », indique Valentin Mbozo’o.

Echanges avec le Gim-Uemoa

Le Gimac va-t-il se contenter uniquement du marché de la sous-région Afrique centrale à l’heure de la Zone de libre échange continentale africaine (Zlecaf), en vigueur depuis janvier 2021 ? Les actions déployées ces derniers mois par le DG du Gimac et son équipe donnent en tout cas à voir que l’institution dont il a la charge compte bien aller au-delà de la Cemac.  « Bien que tardant à matérialiser l’intégration avec les réseaux des autres pays ou sous-régions, si ce n’est celle dans le cadre du Paaps, en tant que meilleur intégrateur africain de l’année 2002 pour la Zlecaf , le Gimac a entrepris des échanges depuis fort longtemps avec le Gim-Uemoa, et récemment avec le réseau panafricain, en vue de faciliter le commerce intra-africain et la mobilité toutes sortes d’échanges dans le continent. Il entend dans les meilleurs délais, concrétiser et matérialiser la mise en œuvre de cette intégration continentale. Ceci, fort de ses offres de paiements digitaux suffisamment indiquées à cet effet », conclut-il.

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

1 × 3 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Advertisment -

Most Popular

Recent Comments