jeudi, 20 juin 2024
AccueilA la uneProjets de développement : Le Cameroun veut améliorer les décaissements dédiés aux...

Projets de développement : Le Cameroun veut améliorer les décaissements dédiés aux projets à financement extérieur, qui restent faibles en raison de l’insuffisance des Fonds de contrepartie et de l’inertie dans les procédures d’indemnisation

Sur 141 projets à financement extérieur actuellement en cours, seulement 10% (15 projets) s’exécutent conformément à leur chronogramme, d’après le ministère de l’Economie, de la planification et de l’aménagement du territoire (Minepat).

(EcoFinances) – Le gouvernement souhaite améliorer les décaissements dédiés aux projets à financement extérieur (Finex), qui demeurent faibles en raison d’une budgétisation insuffisante des fonds de contrepartie, couplée aux délais de mobilisation des fonds pour les procédures d’indemnisation, selon le ministère de l’Economie, de la planification et de l’aménagement du territoire (Minepat), dont l’une de ses salles de conférence a abrité, le 04 avril dernier à Yaoundé, le séminaire de présentation des outils d’encadrement et de lancement des travaux de programmation des décaissements sur les projets Finex couvrant la période 2024-2026.

Seulement 15 projets sur 141 exécutés conformément au chronogramme

Présidé par le Minepat Alamine Ousmane Mey, en présence de plusieurs membres du gouvernement, cet atelier a, apprend-on, permis de présenter les outils méthodologiques nouvellement conçus dans le cadre des projets Finex, en vue de l’amélioration des performances du portefeuille desdits Projets pour la période suscitée.

« Au sujet de la performance du portefeuille, l’une des recommandations portait sur son amélioration car l’analyse du ‘’ratio exécution physique / consommation des délais’’, établit que seuls 10 % des projets s’exécutent conformément à leur chronogramme, c’est-à-dire 15 projets sur les 141 actuellement en cours. Une situation causée par divers facteurs : budgétisation insuffisante des Fonds de contrepartie, longs délais de mobilisation des fonds pour les procédures d’indemnisation, etc… », indique le ministère de l’Economie, dans une récente note d’information.

En termes de chiffres, on y a appris que s’agissant de la structuration du portefeuille des projets Finex, 182 projets ont été examinés pour un coût global estimé à 10 064 milliards de FCFA, couvert à 86 % par les financements extérieurs et 14 % par les Fonds de contrepartie de l’Etat.  « Les décaissements en ressources extérieures sur la période 2023-2025 projetés par les Coordonnateurs des projets se situent quant à eux à 2 813 milliards de FCFA, pour un plafond de 2.517 milliards de FCFA. Le gap est de 296 milliards de FCFA », souligne le Minepat.

Qui renseigne que pour l’exercice 2023, le besoin est, apprend-on, de 1045 milliards de FCFA alors que le plafond est de 830 milliards de FCFA, soit un gap de 215 milliards de FCFA. D’où la nécessité d’une meilleure rationalisation et priorisation des Projets à soumettre à l’endettement extérieur.

Sur le terrain, plusieurs chantiers peinent à avancer en raison d’une budgétisation insuffisante des Fonds de contrepartie.

Mieux planifier, mieux programmer, mieux prioriser et mieux exécuter les projets de développement

Le séminaire organisé ce 04 avril 2023 au siège du ministère de l’Economie intervient au moment où la proportion des financements extérieurs est estimée en moyenne à 52 % dans le Budget d’Investissement Public (BIP) de l’Etat. Une tendance qui, selon Alamine Ousmane Mey, sera maintenue au regard des besoins immenses de la Stratégie nationale de Développement 2020-2030 (SND 30). Laquelle préconise la transformation structurelle de l’économie du Cameroun, d’où les besoins en infrastructures.

Il se tient également dans un contexte où les marges budgétaires de l’Etat sont étriquées. Une situation qui donne, apprend-on, davantage du sens à une utilisation judicieuse et rigoureuse des instruments d’encadrement des financements extérieurs, dans la perspective de la réalisation satisfaisante des priorités du Cameroun en matière de développement.

Raison pour laquelle le Minepat Alamine Ousmane Mey recommande surtout une plus grande rigueur dans la sélection et la maturation des projets. « Il va falloir recourir davantage à un dispositif juridique encadrant les missions, les performances et le traitement des unités de gestion de projets », indique-t-il, annonçant que les Conférences de programmation des décaissements dédiés aux projets à financement extérieur pour la période 2024-2026, se dérouleront du 10 au 14 avril 2023 à l’Amphithéâtre 300 de l’immeuble principal du Minepat à Yaoundé. Objectif : mieux planifier, mieux programmer, mieux prioriser et mieux exécuter les projets de développement en faveur du bien-être des populations.

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Advertisment -

Most Popular

Recent Comments

error: Contenu protégé !!! Content protected !!!