mardi, 20 février 2024
AccueilL'InvitéAlassane Guisse :«Aucune politique territoriale n’est possible sans la jeunesse »

Alassane Guisse :«Aucune politique territoriale n’est possible sans la jeunesse »

L’adjoint au maire de Nantes, chargé de la Coopération décentralisée, qui vient d’effectuer une visite de travail dans la commune Dschang dans la région de l’Ouest, revient dans cet entretien sur la coopération entre la commune de Nantes (en France) et la commune de Dschang (au Cameroun) ; ainsi que sur le rôle que peuvent jouer les jeunes pour la réussite des projets déployés dans le cadre de la coopération décentralisée.

CellCom mairie de Dschang (CCMD) : Sur quoi repose cette coopération entre Nantes et Dschang où vous conduisez en ce moment une forte délégation ?

Alassane Guisse (AG) : Mon nom est Alassane Guisse, adjoint au maire de Nantes, chargé de la Coopération décentralisée. J’arrive à Dschang pour ma première fois. J’ai déjà été à Yaoundé dans le cadre d’une mission associative. Cette arrivée à Dschang était programmée depuis longtemps. Mais vu les circonstances sanitaires mondiales, ce n’était pas le bon moment. Pourquoi on coopère ? C’est parce qu’on sent qu’on a des valeurs qu’on partage.

Donc, je voudrais ici remercier les aînés qui ont tracé cette voie du temps de Jean Marc Hérault et aujourd’hui madame le maire Johanna Rolland, qui poursuivent ces actions mais en amenant des choses qui marquent notre histoire ; surtout nos valeurs que nous prônons à la ville de Nantes que sont l’écologie et le social. Et quand on parle de la ville de Dschang aujourd’hui, c’est une dynamique de jeunesse.

L’important aussi, ce sont des projets qui innovent avec des ambitions. Aujourd’hui, si Dschang est un exemple durant la visite du chef de l’Etat français, monsieur Macron, vous voyez donc que la seule chose que la société civile camerounaise a pu dire c’est qu’on veut des coopérations décentralisées comme Dschang et Nantes.  Coopérer c’est deux personnes avec des valeurs comme je venais de vous le dire. Mais aujourd’hui, on est dans un monde qui est en train de bouger.

Ce que nous dessinons aujourd’hui, ce sont deux questions qui sont capitales. Et comme je vous l’ai dit, Madame le maire Johanna Rolland a été élue autour d’un programme qui tient en compte deux mots : le social en relation avec l’économie, le social avec l’écologie et l’écologie comme engagement pour l’avenir, l’écologie comme source de solidarité et aussi s’enrichir mutuellement dans la différence culturelle.

C’est donc ça le socle de toutes les politiques au niveau de la ville de Nantes. Aujourd’hui, la touche que nous nous sommes en train de faire avec la ville de Dschang c’est de mettre la jeunesse au cœur de nos actions, poursuivre les pas qui ont déjà été faits et améliorer et repenser le partenariat et la coopération décentralisée qui prend en compte aujourd’hui l’innovation numérique, la culture, la jeunesse, etc… Mais surtout, de se dire qu’on ne vient pas transmettre des messages de ce que nous savons faire.

On sait que dans le cadre de la résilience de l’agriculture biologique,  car on connait la valeur de la jeunesse de Dschang dans ce domaine, il y a autant de valeurs qui intéressent Nantes et il y a autant de choses qui vous intéressent aussi à Dschang. Donc, le but aujourd’hui c’est d’essayer d’harmoniser et de travailler sur ces thématiques.  Le sentiment que je partage aujourd’hui, après avoir parcouru les grands chantiers que portent Dschang, c’est le désir de partager et d’améliorer pour s’enrichir mutuellement.

Aujourd’hui, il y a la problématique des déchets. Même si ce sont des compétences au niveau de la métropole, cette touche qu’on veut faire aujourd’hui c’est d’utiliser la jeunesse. Nous avons visité des jeunes qui ont créé un espace de l’agriculture biologique, des jeunes qui sont des leaders d’engagement sur les problèmes de santé. Nous avons constaté la dynamique des personnes qui travaillent à recycler des déchets qui ont des périmètres qui leurs permettent d’utiliser ce compost naturel et biologique. Des parcelles de démonstrations pour cultiver des légumes et fruits et de pouvoir partager.

Ces jeunes sont des gens qui ne sont ni complexés, ni mal vus parce qu’ils travaillent au niveau des déchets et de montrer que cette mine d’or que possède Dschang a été quelque chose que tout le monde a apprécié au niveau de la coupe d’Afrique dans les deux plus grands terrains où le compost a été utilisé pour leur engazonnement. C’est une fierté de savoir que ce compost vient de Dschang.

Nous pensons qu’aujourd’hui l’engagement de la jeunesse à travailler dans l’agriculture biologique et aussi des thèmes de sensibilisation au niveau des écoles, lycées et collèges sont autant de choses que nous encourageons. Il n’y a pas une politique territoriale possible aujourd’hui sans la mise en avant de la jeunesse qui est l’élan de la réussite de tout projet.

CCMD: La Commune de Dschang entretient avec son université une convention Université-Municipale. N’est-il pas envisageable une coopération avec les universités nantaises pour un échange d’étudiants et de compétences ?

AG : Vous savez qu’on est dans un pays où les compétences sont bien définies par la loi. Tout ce qui est université aujourd’hui, il y a le conseil régional.  Et au niveau de la métropole, on a des instances qui s’occupent de l’université. La touche que nous pouvons faire comme une grande ville où on a une université c’est de parler avec nos collègues qui s’occupent de cette thématique. Anthony Berthelot est déjà passé par là. Mais surtout de sensibiliser ce que Dschang a et que nous pouvons essayer d’exploiter. Avoir une université qui participe déjà dans le cadre de la politique territoriale, avoir une université où certains cadres et des étudiants travaillent, où on peut trouver un laboratoire social au niveau de la municipalité.

On a une municipalité au niveau de Dschang où la plupart des cadres  ont moins de 35 ans et sont pour la plupart issues de son université. Notre but est de retourner à Nantes et d’expliquer qu’aujourd’hui au niveau de l’agriculture biologique, du numérique, que nous nous intéressons davantage à la jeunesse et bien aussi à la jeunesse sous-scolarisée afin de leur offrir des formations dans divers domaines dont l’élevage, l’agriculture. Et de donner la chance et la possibilité à tous les jeunes engagés et motivés. Par exemple, cette année, nous allons accompagner un doctorat ici à Dschang qui va pouvoir continuer de travailler sur les analyses spécialisées, de mesurer l’impact de l’engrais qui est produit ici. Autant de voir l’expérience à Nantes,  mais autant de croiser aussi ce qui se fait à Dschang. Nous voulons au bout de tout cela que le partenariat puisse être utilisé comme levier de développement.

CCMD: Au niveau du sport,  une mise en commun de l’Aigle Royal de la Menoua (monté en Elite One) et FC Nantes (Champion de France) ne serait-t-elle pas une belle expérience ?

AG : Les clubs professionnels en France ont un certain statut. Ils sont comme des entreprises. Nous les hébergeons parce que le stade est un patrimoine de la ville de Nantes transféré à la métropole. Ce que nous pouvons faire , c’est de parler avec le gestionnaire du club pour voir les opportunités dont dispose Dschang en matière de football. Je vous assure que l’équipe nationale du Cameroun du temps de Roger Milla avait fait un match au stade la Beaujoire. Roger Milla et ses coéquipiers avaient reçus tous les honneurs de ce temps-là. Actuellement,  votre équipe vient de remonter en Elite One. Aujourd’hui quand on rencontre ses partenaires, et par le canal de mon collègue qui s’occupe des sports professionnels, je vais lui rendre compte de ce que j’ai vu à Dschang. Et lui aussi verra les possibilités et les moyens. Mais le dernier mot revient au club qui est autonome, après des intérêts stratégiques et financiers. Toutes ces possibilités peuvent être revues avec le club FC Nantes qui a ses enjeux et cela peut être intéressant pourquoi pas.

CCMD: Cette mission est-elle votre premier contact physique avec le maire de Dschang ?

AG : J’avais déjà eu à discuter avec lui via le net (visioconférence) lors de l’évènement géopolitique que porte Nantes et cela portait sur le décryptage et comment les villes africaines ont pu surmonter et travailler sur la crise covid-19. On avait déjà eu ce premier contact. Par la suite, on a eu nos premiers contacts physiques à Paris et à Dakar. Et chaque jour, nous sommes restés en contact et échangeons sur des problèmes liés aux projections et problématiques de développement. Je le trouve vraiment très sympa et ouvert. Du coup, je l’appelle le maire Innovant.

Cette appellation vient du fait qu’il a beaucoup de projets. Il est animé par une forte envie de pousser sa ville à aller de l’avant. Il est le plus souvent à l’écoute, car il veut bien savoir ce que l’autre peut lui apporter. C’est pour ça que je disais qu’avec la jeunesse on est dans un monde où il faut essayer de s’ouvrir davantage sur l’international. Mais aussi, de préparer les jeunes pour leur dire que nous voulons donner la possibilité aux jeunes ingénieurs de s’engager à rester et à contribuer à la construction de leur pays. Aujourd’hui, ce sont des expériences qu’on doit partager dans un monde où la jeunesse réclame beaucoup de choses. Une jeunesse mondiale qui a envie qu’on l’écoute. Une jeunesse qui est aussi  consciente et qui n’est pas complexée.  Je la vois à Dschang.

C’est donc important et intéressant de croiser les deux jeunesses (Dschang et Nantes). Croiser les regards et les projets et essayer de construire des choses dans le cadre de la réciprocité. Autant qu’il y aura des Nantais qui viendront à Dschang, je peux vous assurer qu’il y aura autant des jeunes de Dschang qui iront à Nantes. Et il nous restera à voir au niveau de l’ambassade pour régler cette facilité. Car si on fait une coopération et qu’il n’y a que nous qui venons et que les autres ne partent pas, je ne vois pas de sens. Cela fait partie des objectifs qu’on travaille au niveau de la ville de Nantes.

CCMD: Y a-t-il de nouvelles orientations pour le nouvel accord cadre en cours de renouvellement entre Dschang et Nantes ?

AG : Nous sommes en discussion et cette visite que nous faisons présente de belles perspectives. Mais comme je l’ai dit, chaque chose doit attendre son temps. Vous avez un maire, qui a sa jeunesse à son service technique et de coopération et donc qu’il saura mieux indiquer le moment opportun tout ce qu’il en est. Cette coopération est gagnant-gagnant et il faut que les gens la voient comme ça.

Si aujourd’hui au niveau des ambassades, l’ambassadeur de France et celui de l’Union européenne sont déjà venus vous rendre visite (l’Allemagne c’est pareil) , ça signifie qu’on a semé ici une graine de cette coopération.  Et cette graine n’est pas seulement une fleur qui pousse seulement, mais vous avez tenus en compte le Sycome, les autres communes qui sont autour de vous. Ces graines sont en train de donner des fruits. L’expérience de cette coopération est citée en exemple dans plus de vingt-trois (23) collectivités camerounaises qui viendront voir le sens de nos projets, les valeurs de la coopération.

Comme je l’ai dit, petit-à-petit on arrive à faire des choses et maintenant on est dans d’autres dimensions où on parle d’électricité, de recyclage des déchets, sur la citoyenneté, sur le handicap, sur le sport. Vous remarquez donc qu’il y a pleins de choses à faire et la chance que nous avons c’est que nous avons des partenaires comme l’Agence française de Développement (AFD), la francophonie qui nous fait confiance. Et c’est pour cela qu’on travaille beaucoup sur la transparence. Heureusement que Dschang a un maire qui est vraiment transparent et qui travaille à impliquer la communication et la société civile dans cette ville.

CCMD : Quel sentiment gardez-vous à la fin de votre séjour à Dschang ?

AG : On se sent chez-nous. On n’est pas étranger. Et puis l’autre chose, c’est qu’on est rassuré. En dehors de ça, nous avons vu des compétences aujourd’hui jeunes qui sont dans l’administration. On a un maire qui a une vision globale, qui trace le chemin où il veut aller et sous cette vision globale on peut voir plusieurs chapitres et thématiques qui sont en transversale des uns et des autres. L’accueil est bien. Le climat est agréable. Les personnes  sont ouvertes et rassurées. Puis on voit également qu’on a des points en commun. Je me sens bien comme un citoyen de Dschang. Comme je suis là. Et cela est valable pour le maire de Dschang lorsqu’il est à Nantes.

CCMD: A quand peut-on espérer l’arrivée de la mairesse de Nantes Johanna Rolland à Dschang ?

AG : On a une chance d’avoir une grande Dame, dynamique, qui croit à la coopération décentralisée. Etant jeune, elle a déjà fait la mobilité internationale. Et aussi, elle a eu la chance de travailler avec le Premier ministre Jean Marc Hérault. C’est très évident que son agenda est très chargé. Mais à chaque fois que nous partons, on prend le temps de discuter avec elle sur beaucoup de choses. Je pense que ça ne va pas tarder, puisqu’on vient de sortir de 2 à 3 ans de covid. Donc, la machine est en train d’être lancée. Elle est présidente de Nantes-Métropole. Elle est maire de Nantes. Elle est présidente de la plus grande structure qui s’occupe des grandes villes.

Vous voyez que localement elle a énormément de choses. Cependant, dans son agenda, il y a des possibilités. Elle viendra enfin à Dschang. Je tiens à rappeler que ce n’est pas un manque de considération. Mais elle sait faire confiance aux personnes qu’elle envoie en mission. Vu le nombre de personnes qui ont pris part à cette mission au niveau associatif, administratif et au niveau des élus, cela témoigne de sa capacité à dire : «  Je vous responsabilise ! », «  Allez-y ! ». Et au retour, nous lui soumettons des rapports et elle nous donne des recommandations. Mais c’est très sûr que je lui transmettrais cette invitation officiellement pour lui dire que Dschang sera très ravi de pouvoir lui faire visiter sa ville et de voir les résultats concrets de cette coopération décentralisée entre la métropole, la ville de Nantes et Dschang.

Propos recueillis par Celcom mairie de Dschang

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

douze + 16 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Advertisment -

Most Popular