mardi, 16 juillet 2024
AccueilA la uneGouvernance publique : En 2023, les projets à financement conjoint ont tiré...

Gouvernance publique : En 2023, les projets à financement conjoint ont tiré vers le bas l’exécution du Budget d’investissement public (BIP)

D’après le Comité national de suivi de l’exécution physico-financière de l’Investissement public au titre de l’exercice 2023, qui s’est réuni en sa 2ème session le 16 mai dernier à Yaoundé, la situation globale affiche un taux d’exécution physique des projets de 63,55 % contre 74,56 % à la même période de l’exercice 2022.

(EcoFinances) – En 2023, les projets à financement conjoint n’ont pas permis au BIP (Budget d’investissement public) de bien performer, selon les données rendues publiques, le 16 mai dernier à Yaoundé, pendant la 2ème session du Comité national de suivi de l’exécution physico-financière de l’Investissement public au titre de l’exercice 2023 qu’a présidée l’honorable Rosette Moutymbo Ayayi, présidente dudit comité et présidente de la Commission des finances à l’Assemblée nationale.

En effet, apprend-on, la situation globale affiche un taux d’exécution physique des projets de 63,55 % contre 74,56 % à la même période de l’exercice 2022. Soit une baisse de 11,01 points. Tout comme les statistiques présentent aussi un taux d’engagement financier de 72,26 % en valeur relative contre 92,07% à la même période de l’exercice 2022, soit une baisse de 19,91 points. Un taux de liquidation 70,04% en valeur relative contre 89,59% au terme du mois de décembre de l’exercice 2022 (soit une perte de 19,55 points) et un taux d’ordonnancement de 69,92% en valeur relative contre 89,22% à la même période en 2022, soit une diminution de 19,30 points.

A l’origine de cette contreperformance du BIP 2023, le faible niveau d’exécution des projets à financement conjoint qui représentent près de 55% du BIP 2023. En effet, l’exécution des projets relevant des financements extérieurs fait observer au terme de l’exercice 2023, un taux de décaissement de 56,23 % contre 98,73 % à la même période en 2022 (soit une baisse de 42,50 points). Ainsi qu’un taux de réalisation physique de 55,90 % contre 75,96 % à la même période en 2022, soit une diminution de 20,06 points. « Cette situation se justifie par l’achèvement des projets CAN et des grands projets de première génération. Il faut en outre préciser que la plupart des projets programmés en 2023 sont dans la phase de démarrage », a-t-elle indiqué.

Bonne exécution du BIP sur ressources internes et à gestion déconcentrée

A l’en croire, l’exécution du BIP sur ressources internes et à gestion déconcentrée présente par contre une meilleure performance. Au 31 décembre 2023, l’exécution du BIP sur ressources internes affiche un taux de réalisation physique de 73,71% contre 72,89% à la même période en 2022, soit une hausse de 0,82 point. Ceci, alors que l’exécution du BIP sur crédits délégués aux services déconcentrés de l’Etat et ressources transférées aux Collectivités territoriales décentralisées (CTD) quant à elle présente un taux de réalisation physique des projets de 82,54 % contre 73,53 % au 31 décembre 2022 (en hausse de 9,01 points). Les régions de l’Adamaoua et de l’Ouest enregistrent les meilleures performances avec des taux d’exécution respectifs de 97,21 % et 91,46 % ; tandis que celles du Centre et de l’Est enregistrent quant à elles les taux d’exécution physique des projets les moins élevés, apprend-on

Globalement, le comité pointe du doigt neuf autres facteurs qui ont négativement influencé la bonne exécution du BIP l’année dernière. Ils vont du contexte économique national et international (marqué par le renchérissement des coûts des matériaux locaux et des produits importés) à la signature de certains avenants avec une incidence financière au-delà du plafond prévu par les dispositions du Code des Marchés Publics ; en passant par le non-respect des plans de passation des marchés, etc…

Pour rappel, l’enveloppe globale consacrée à l’investissement public en 2023 était de 1422,9 milliards de FCFA en AE (Autorisations d’engagement) et 1386,8 milliards de FCFA en CP (Crédits de paiement).

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Advertisment -

Most Popular

Recent Comments

error: Contenu protégé !!! Content protected !!!