mardi, 16 juillet 2024
AccueilA la uneIndustrie brassicole : Le gouvernement contre la hausse unilatérale du prix des bières...

Industrie brassicole : Le gouvernement contre la hausse unilatérale du prix des bières et boissons hygiéniques au Cameroun

Le ministre du Commerce (Mincommerce) , Luc Magloire Mbarga Atangana, vient de répondre au Syndicat national des distributeurs de boissons hygiénique du Cameroun (Synadysbohicam), via une correspondance qui sert en même temps d’invitation à une séance de travail prévue se tenir le 16 mai prochain à Yaoundé.

(EcoFinances) – Le gouvernement est contre l’augmentation unilatérale des prix des bières et boissons hygiéniques au Cameroun dès le 06 mai prochain tel que le souhaitent les distributeurs membres du Syndicat national des distributeurs des boissons hygiéniques du Cameroun (Synadisbohycam). Le ministre du Commerce (Mincommerce), Luc Magloire Mbarga Atangana, vient de le leur rappeler à travers la lettre qu’il leur a adressée le 30 avril dernier. Ceci, pour la simple raison que la bière et les boissons hygiéniques figurent bel et bien sur la liste des produits et services soumis à homologation préalable et obligatoire des prix et tarifs par l’Administration, « après production d’un dossier en bonne et due forme, dont la responsabilité incombe soit au producteur, soit à l’importateur, selon le cas ».

Dialogue contre la confrontation

Selon le Mincommerce, le gouvernement a toujours accordé une place importante au dialogue public-privé, afin de résoudre un certain nombre de problèmes pouvant impacter négativement l’activité économique.« Monsieur le président (…), j’ai l’honneur de vous rappeler que mon département ministériel s’est toujours fait un point d’honneur de privilégier le dialogue et la concertation, en lieu et place de la confrontation, en exécution des très hautes et constantes prescription du chef de l’Etat, pour un dialogue secteur public /secteur privé dynamique et constructif, au nom de la préservation de la paix et de la cohésion sociale dans notre pays », indique-t-il.

Avant d’ajouter : « Ces principes, je n’en doute pas un seul instant, sont partagés par votre organisation syndicale, au même titre que le respect de la règle de droit ». En cas donc de non-respect de la règle de droit, le commerçant ou professionnel contrevenant s’expose notamment, aux termes des dispositions pertinentes de la loi n°2015/018 du 21 décembre 2015 régissant l’activité commerciale au Cameroun, outre les sanctions pénales éventuelles, à une amende administration de 10% de son chiffre d’affaires annuel, voire à sa suspension d’activité, apprend-on .

Afin d’éviter de recourir à l’usage de telles procédures contre les contrevenants, le Mincommerce propose plutôt aux distributeurs de prendre part à une séance de travail qu’il préside le 16 mai prochain à Yaoundé. Une rencontre pendant laquelle ces derniers pourront alors lever un pan de voile sur les difficultés liées à leur secteur d’activité.

Contexte économique difficile, baisse des marges, etc…

Pour rappel, c’est le 23 avril dernier que le Syndicat national des distributeurs de boissons hygiéniques dirigé par le PDG de Dovv, Philippe Tagne Noubissi, a saisi le patron du Commerce au Cameroun, aux fins de l’informer de leur volonté de procéder à une hausse des prix des bières et boissons hygiéniques dans le pays. Une augmentation qui à partir du 06 mai 2024 allait toucher principalement les bières SABC (Boissons duCameroun), à travers une hausse de 100 FCFA pour les grandes bouteilles et 50 FCFA pour les petites.

Parmi les raisons avancées par ces derniers, les difficultés qu’ils rencontrent, depuis quelque temps, et qui caractérisent par une baisse de leurs marges en dépit de la hausse des charges d’exploitation. Ce contexte économique décapant a, apprend-on, entrainé la faillite de 40 voire 50% d’entreprises de distribution depuis 2018.

 « Avant, les distributeurs prenaient les produits et les vendaient pratiquement au pas de leur porte sans avoir besoin d’aller les distribuer dans les quartiers à travers des véhicules. La société a changé le système en transférant totalement la distribution au distributeur qui est devenue une courroie de transmission entre le producteur et le détaillant. Aujourd’hui, la SABC s’est retirée totalement du circuit de distribution. La logique, parce que le distributeur devait avoir plus d’espace, était qu’il devrait gagner par le volume. Mais, honnêtement, ce n’est pas ça qui se produit », explique Philippe Tagne Noubissi.

Et même s’il ne va plus loin dans ses explications, il est bon de souligner que la situation difficile dans laquelle se trouve aujourd’hui les distributeurs est sans doute la résultante des mesures prises ces derniers temps par les producteurs (brasseurs) en raison des innovations contenues de l’actuelle loi de Finances (2024).« La loi de Finances pour l’exercice 2024 adoptée récemment au Parlement est venue fragiliser davantage un secteur clé de l’économie nationale, en supprimant l’abattement sur les DA (droits d’accises) pour les bières et en  réduisant de plus de la moitié (60%) celui des boissons gazeuses », écrivait, le 20 décembre dernier, la CAPA (Cameroon Alcohol Producers’ Association ) au Premier ministre, sollicitant une hausse de 50FCFA pour bouteille de bière et boisson gazeuse dès l’application de ladite loi.

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Advertisment -

Most Popular

Recent Comments

error: Contenu protégé !!! Content protected !!!