samedi, 13 juillet 2024
AccueilA la uneVie chère : Hausse vertigineuse du niveau général des prix des produits de...

Vie chère : Hausse vertigineuse du niveau général des prix des produits de grande consommation de 6,3% en 2022, contre 2,3% en 2021

Selon l’INS (Institut national de la statistique), qui vient de rendre public son rapport sur l’évolution de l’inflation au cours de l’exercice 2022, le taux d’inflation le plus élevé est enregistré à Ngaoundéré et le moins élevé à Garoua.

(EcoFinances) – L’année dernière, le niveau général des prix des produits de grande consommation a augmenté de 6,3%, selon l’Institut national de la statique (INS) qui vient de rendre public son rapport relatif à l’évolution de l’inflation au cours de l’exercice 2022.

« Le niveau général des prix a augmenté de 6,3% en 2022, après 2,3% en 2021, 2,5% en 2020, 2,5% en 2019, 1,1% en 2018 et 0,6% en 2017. C’est le taux d’inflation le plus élevé après celui de 9,0% de 1995 », indique l’INS, qui précise que les pressions inflationnistes perdurent et se généralisent à toutes les villes du pays.

Selon les experts du Fonds monétaire international (FMI), l’inflation est le taux d’augmentation des prix sur une période donnée. « En général, il s’agit d’une mesure assez large, telle que la hausse globale des prix ou du coût de la vie dans un pays. Mais elle peut aussi être calculée de façon plus étroite, pour certains produits, tels que l’alimentation, ou certains services, tels que les coupes de cheveux, par exemple. Quel que soit le contexte, l’inflation mesure le renchérissement d’un groupe de biens et/ou de services sur une période donnée, en général une année », font-ils savoir.

Pour revenir au cas du Cameroun, l’INS renseigne que le taux d’inflation le plus élevé en 2022 est enregistré à Ngaoundéré et le moins élevé à Garoua. « En 2022, le seuil communautaire de 3% est dépassé dans toutes les villes à savoir : Ngaoundéré (+7,4% après +1,0% en 2021), Bafoussam (+7,3% après 2,4% en 2021), Buéa (+7,1% après +1,7% en 2021), Bamenda (+6,8% après +3,8% en 2021), Maroua (+6,4% après +3,2% en 2021), Yaoundé (+6,2% après +1,8% en 2021), Douala (+5,7% après +1,9% en 2021), Bertoua (+5,5% après 4,4% en 2021), Ebolowa (+5,7% après +3,7% en 2021), et Garoua (+5,4% après +2,1% en 2021) », fait savoir l’organisme étatique en charge de la production des données statistiques.

Afin de limiter l’impact de l’inflation sur les consommateurs finaux, les autorités multiplient des descentes dans les marchés du pays.

L’inflation se nourrit de l’envolée des prix des produits alimentaires

A en croire l’INS, le niveau général des prix en 2022 est soutenu en grande partie par l’accroissement de 12,9% des prix des produits alimentaires et de 6,3% des prix de services de restaurants et hôtels. Il en veut pour preuve le fait que les principales hausses de prix des produits alimentaires ont concerné les huiles et graisses (+27,0%), les pains et céréales (+16,3%), les poissons et fruits de mer (+14,4%), les viandes (12,2%), les laits, fromages et œufs (+10,7%) et les légumes (+7,6%).

S’agissant de l’accroissement des prix des restaurants et hôtels, l’INS explique que cela résulte en majorité de la hausse de 10,1% du prix des services de restaurant. Dans cette tendance haussière, certains matériaux de construction habituellement utilisés par les ménages pour leurs petits travaux de construction ou de réhabilitation/réparation n’y échappent pas. Ils subissent eux-aussi la flambée des prix. « Il s’agit notamment du ciment, des tôles, des tuyaux PVC, des carreaux de mur et du fer à béton », souligne-t-il.

Ces données de l’INS, faut-il le souligner, sont en valeur relative. Un tour dans les marchés permet de voir qu’en valeur absolue le kg de poisson maquereau, qui coûtait par exemple 1100 FCFA, a enregistré une hausse de 150 voire 200 FCFA et se vend désormais au prix 1250 voire 1300 FCFA. Tout comme le poulet rôti, qui autrefois coûtait 7000 FCFA dans certains restaurants des grandes villes (Douala et Yaoundé, notamment),  est cédé aux clients au prix de de 10 000FCFA, en raison de la pression inflationniste qui perdure et se généralise à toutes les villes du Cameroun.

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Advertisment -

Most Popular

Recent Comments

error: Contenu protégé !!! Content protected !!!